Piazza Municipio et Palazzo Angeletti Antonelli

(PLACE DE LA MAIRIE ET PALAIS ANGELETTI - ANTONELLI)

 

Place caractéristique, anciennement dédiée à Saint Sébastien, sur laquelle donnent Palazzo Angeletti, siège de l'administration municipale, et l'église de San Sebastiano. La place est enrichie par une fontaine de la fin du XIXe siècle réalisée au temps du Gonfalonier Nicola Sindici, par une imposante parois de pierre calcaire et par une des portes d'accès à la ville qui porte le blason de la famille Colonna. Sur la parois de pierre on trouve une plaque commémorative de Oreste Sindici, un illustre personnage né à Ceccano qui a composé la musique de l'hymne national de Colombie en 1887. 
Palazzo Angeletti Antonelli héberge aujourd'hui, en plus de la Mairie, la Bibliothèque Municipale. Le bâtiment fut réalisé au XVIe siècle par la famille Antonelli, sortante de la noblesse romaine, comme témoigné par une plaque située à l'intérieur de la Badia dei Padri Passionisti.  Le palais, avec toutes les propriétés de cette famille, au XIXe siècle fut acheté par le Prince Poniatosky, qui le céda au comte Domenico Antonelli. Parmi les personnages plus importants hébergés dans la résidence il faut mentionner le Bienheureux Antonio Baldinucci, le Pape Clément XIV, dans la période de son cardinalat, et San Paolo della Croce.
La structure du palais est constituée par un ensemble d'habitations et le rez-de-chaussée est caractérisé par des restes de bâtiments plus anciens, parmi lesquels des arcs de soutien médiévaux. À l'intérieur, dans la salle du conseil, on peut admirer un mosaïque et un cippe avec des inscriptions latines retrouvés en proximité de l'église de Santa Maria a Fiume; il y a aussi un buste en marbre du Marquis Filippo Berardi. Sur le derrière du palais on peut visiter la Villa Communale, anciennement parc résidentiel du palais, une exemple typique du jardin à l'italienne.

 

LE MOSAÏQUE

Le mosaïque à tesselles blanches et noires fut retrouvé en 1924 à Santa Maria a Fiume avec un autre exemplaire actuellement conservé au Museo Nazionale Romano. Dans le  mosaïque on peut voir deux figures: un homme sur la droite, une femme sur la gauche. L'homme, nu et musclé, a une peau animale sur l'épaule, le bras droit tendu vers la femme. Elle est habillée d'une tunique drapée courte et tient avec sa main gauche un manteau posé sur son épaule, le visage volté vers l'homme.
Entre les deux figures on peut lire cette inscription latine: [R]OMANA/ VETUSCU/ LANORUM/ AMOR. C'est la première attestation du nom Vetusculani pour indiquer la population des Fabraterni Veteres. L'archéologue Sabina Antonini estime que l'homme, proche de l'iconographie d'Hercules, représente la force viril, et donc les Vetusculani de l'inscription. La femme, considérée sa mise (une robe courte sans l'instita, bande qui décorait l'étole des matrones), est peut-être une hétaïre. "Le jeste que l'homme fait avec son bras est pour expliquer l'inscription, c'est-à-dire attester que Romana est la femme à son côté et qu'elle est l'Amor des Vetusculani."
Est donc possible que ce mosaïque pavait la salle d'une hétaïre ou une salle des termes.

 

 

1872