Palazzo Egidi Diana

(PALAIS EGIDI-DIANA)

 

Ce palais, situé en via Pietra Liscia au carrefour avec via S. Antonio, fut la résidence du notaire Giuseppe Diana après son mariage avec Caterina Egidi. À noter sur le linteau de la porte principale un blason avec des armoiries ornées d'une fleur de lis et trois clous ; selon la tradition, c'était un hommage à la France et, en particulier, à Napoléon. Le même symbole est sculpté sur le tombeau de la famille Egidi qui se trouve dans l'église de la Madonna delle Grazie.
Le long de via S. Antonio on peut admirer les derniers exemplaires de saillies et de fenêtres géminées médiévales conservées dans la ville.

 

GIUSEPPE DIANA
Le notaire Giuseppe Diana naquit à Ceccano en 1772. Fervent républicain pendant la période de la République Romaine, il fut aussi Adjoint à l'Annone, le secteur qui gérait l'approvisionnement alimentaire de la ville. Le 2 Décembre 1793 il épousa Caterina Egidi et déménagea chez elle.
Après la chute de la République Romaine en 1779 il se réfugia à Paris où il connut  beaucoup d'exilés italiens, parmi lesquels Luigi Angeloni de Frosinone. Suite à un complot non réussi contre Napoléon il fut obligé de retourner à Ceccano, où il vécut jusqu'à 1808 en exerçant la profession d'avocat.
À l'occasion de l'occupation de Rome par les français, Diana fut nommé Commissaire de Police des quartiers Trevi et Monti et dans ce rôle il participa à l'assaut du Quirinal, la nuit entre le 5 et le 6 Juillet 1809, pour l'arrestation du Pape Pie VII. Au retour du Pape en 1814 Giuseppe Diana dut se réfugier dans le Royaume de Naples de Gioacchino Murat, avec lequel il semblait être en train de préparer l'invasion de l 'État Pontifical à la tête de trois cents "carbonari". La défaite de l'armée de Murat près de Tolentino, dans la région des Marches, poussa Diana a se consigner au gouvernement Pontifical, bien qu'il était convaincu de pouvoir démontrer avec des documents l'honnêteté de sa conduite publique et privée.
Dans l'attente du résultat de son instance, Diana se rendit à Livourne mais là il fut arrêté et amené en prison à Florence, où il resta pendant un mois. Le 13 octobre 1815 il reçut une sentence de condamnation à trente ans de réclusion et d'extradition à Rome. Deux jours après il entra dans la forteresse de Civitavecchia en tant que prisonnier politique et dans ce lieu il mourut le 15 Octobre 1830. Ses dépouilles mortelles reposent dans le cimetière de la ville.

 

 

Contenus

Images

1885