Itineraire chateau

1. RAVELIN

 

Le ravelin est une structure de défense, un corps ajouté pour le contrôle et la protection de la plus ancienne porte d'accès au château. Il est en forme de trapèze (il rétrécit vers l'extérieur et s'élargit vers l'intérieur) et il occupe l'espace compris entre les deux arcs gothiques en pierre calcaire de l'entrée. Sur l'arc interne de la porte plus ancienne il est encore possible de noter les trous des gonds en pierre dans lesquels, pendant la phase de construction, la porte était insérée. Les deux arcs portent les signes d'un système de grilles mobiles appelées "grilles à rideau". Au dessus de la porte externe on peut noter trois saillies superposées qui autrefois soutenaient une loge, peut-être en bois, utilisée pour la défense à plomb. Une petite croix est gravée dans la pierre à côté de la porte externe.

 


2. ÉPIGRAPHE


Une épigraphe posée à l'entrée du château célèbre le pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle accompli par Madame Egidia, mère du comte Jean de Ceccano. Elle partit malade le 8 Septembre 1190 et elle retourna guérie le 23 Février de l'année suivante.  

1190 Ind. 7. 6. Idus Septembris domna Aegidia peregre profecta est ad Sanctum Iacobum.
1191. Ind. 8. 7. Kal. Martii domna Aegidia de peregrinatione prospere regressa est. (Annales Ceccanenses)

 

 

3. 1ère COUR INTERNE: COUR RÉSIDENTIELLE


Sur la cour interne o basse-cour donnent le Palatium, zone résidentielle, et la Turris Picta, tour qui conserve des fresques médiévales.

 

 

4. CORPS RÉSIDENTIEL: PALATIUM

 

Le Palatium constitue la structure résidentielle de la forteresse. Sur la façade sont bien visibles l'ancienne crénelure gibeline et un œil octogonal en style gothique, du même type de ceux qu'on peut voir sur la façade de la cathédrale de Fossanova et de l'Hôtel de Ville de Priverno. Il a un plan rectangulaire et il se développe sur deux étages.

 

 


5. TURRIS PICTA

 

La tour est définie Picta parce que autrefois elle était complètement tapissée de fresques au sujet du cycle des mois.
Elle s'appuie sur un rempart plus grand en forme de demi-octogone (édifié sur le rocher calcaire) et elle est englobée dans le bâtiment principal: la salle du Palatium, de fait, surmonte une partie de l'arc gothique de la tour.
À son intérieur il y a deux portes gothiques en ogive, aux matériaux, dimensions et finitions pareils au portes de l'entrée. 

 

 

6. SALLE VOÛTÉE - REMPART EXTÉRIEUR

 

Sur le côté sud-ouest, adjacent à la cour interne, on peut voir un arc gothique du XIVe siècle en tuf d'Arnara, qui faisait partie d'une ancienne salle voûtée en arête.

 


7. 2ème COUR INTERNE: PLACE D'ARMES

 

La place était utilisée par les soldats du seigneur pour l'entraînement et les exercices. Sur cet espace donnent des bâtiments édifiés dans des époques différentes: le donjon (XIe - XIIIe siècle), le tribunal des Colonna (XVIIIe siècle), l'église de Sant'Angelo (XVIIIe siècle).

 


8. ÉGLISE DE SANT'ANGELO

 
Située à côté du tribunal, l'église fut bâtie par la famille Colonna vers le XVIIIe siècle. À son intérieur il y a des traces de peintures, malheureusement lourdement endommagées.

 

 

9. TRIBUNAL DES COLONNA

 

Appuyé à l'ancienne enceinte de murailles, l'édifice est constitué par deux salles superposées; le niveau inférieur abritait la chancellerie, le niveau supérieur la salle des audience. Cette dernière salle conserve le pavage avec les dalles en pierre.
La construction de la structure entière remonte au XVIIIe siècle, période dans laquelle Fabrizio Colonna dispose le transfert à Ceccano du tribunal général de l'État de Pofi, avec l'archive et la prison.

 

 

10. DONJON

 

Cette tour, à plan carré, constitue le noyau plus ancien de la structure. Dans les Annales Ceccanenses, qui la citent à propos de la rédaction des testaments des comtes Jean et Landolphe II, la tour est décrite comme "chambre voûtée ou chambre de la vieille tour" (seu camera turris vetule). Elle présente des salles voûtées superposées dans lesquelles on peut encore voir les anciennes meurtrières. La porte d'accès était autrefois placée presque deux mètres plus en haut par rapport à la cour : on y accédait par une échelle en bois qui pouvait facilement être enlevée en cas d'attaque.
À l'intérieur on peut noter dans un coin les tuyaux d'écoulement utilisés pour la récolte de l'eau de pluie dans la citerne au sous-sol.
Une gravure, réalisée par un détenu en 1899 sur le mur adjacent à l'actuelle porte d'accès, témoigne la transformation de la pièce en cellule de détention.

 

 
11. PALATIUM: INTÉRIEUR


 
L'intérieur du Palatium est constitué par une salle voûtée avec un pilier au milieu, dont les parois présentent deux peintures du XXe siècle au sujet sacré (une Vierge en trône avec l'Enfant Jésus et un Crucifix). Cette chambre était peut-être utilisée comme chapelle pendant la phase dans laquelle le château était une prison.

 

 

 

 

 

Bibliographie:

 

VINCENZO ANGELETTI, "Il riuso del castello dei conti di Ceccano" in Premio nazionale Il riuso dei castelli della provincia di Frosinone: Badia di S. Maria della Gloria di Anagni, Castello dei Conti di Ceccano, Castello medievale di Ausonia, Rocca di S. Casto di Sora, Casamari 1996, pp. 50-55

 

"Annales Ceccanenses seu chronicon Fossae Novae", in Monumenta Germaniae Historica, a cura di Georg Heinrich Pertz, Series Scriptores, XIX, Hannoverae, 1866

(consultable online à l'adresse  http://www.uan.it/Alim/letteratura.nsf/(volumiID)/F428F593F49BB580C1256C410073F487!opendocument&vs=Titolo)

 

"Castelli del Lazio Meridionale: contributi di storia, architettura ed archeologia", a cura di Gioacchino Giammaria, Roma, Laterza, 1998 - Biblioteca Comunale di Ceccano CCN (FL) 728.81 CAS

 

DONATELLA FIORANI, "Tecniche costruttive murarie medievali: il Lazio meridionale", Roma, L'Erma, 1996 - Biblioteca Comunale di Ceccano CCN (FL) 624.0902 FIO

 

 

1925