Les Tiratelli et autres peintres

Aurelio Augusto Tiratelli naquit à Rome en 1839. Après un cours d'études à l'Académie de San Luca, il débuta comme sculpteur mais sans succès. Il se dédia ensuite à la peinture, en commençant par la représentation des paysages et des vues pittoresques de la campagne autour de Rome ; il était aussi intéressé au naissant art de la photographie. Son habileté dans l'utilisation de la couleur et dans le dessin lui firent gagner bientôt de la réputation. La Ciociaria, avec sa typique économie agricole et pastorale qui remontait à des traditions très anciennes, était parfaite pour la peinture définie "de genre". Pour cette raison Aurelio Tiratelli décida de rester longtemps à Ceccano, où il peignit ses toiles plus réputées en reproduisant paysages, scènes de vie et personnages locaux. Ce fut le peintre Francisca Stuart, femme du poète Augusto Sindici, à amener l'artiste à Ceccano, ville qui venait d'être jointe à Rome par la voie ferrée. Tiratelli à Ceccano se prodigua aussi pour faire classer l'église de Santa Maria a Fiume "Monument National" en 1891. Le peintre mourut le 2 Mai 1900 dans sa maison à Rome. En signe de gratitude en rue lui fut dédié dans le centre historique de Ceccano dans les années '30 du XXe siècle.

 


Fils de Aurelio et de Sofia Joris, Rodolfo Cesare Tiratelli naquit en 1864 et suivant les traces de son père il fréquenta l'Académie de San Luca à Rome. Ressortant d'une famille aisée, il peignait pour le plaisir de le faire et pas pour nécessité. Il vécut, lui aussi, dans le milieu de Ceccano et là il réalisa des nombreuses œuvres représentantes très souvent des coins ou des vues caractéristiques qui lui valurent reconnaissances et notoriété. Pendant ses séjours à Ceccano il était reçu chez Caterina Gizzi, femme de Stanislao Sindici, à laquelle il été lié par une profonde amitié. À témoignage de ce lien on peut citer le tableau de 1887, dédié par le peintre a son amie, qui représente Caterina  avec Castel Sindici sur le fond de la scène.

 

Nombreux artistes, au-delà des Tiratelli, ont été fascinés par l'ambiance de la Ciociaria, là où la terre et l'homme se mêlaient dans une seule chose. Des peintres comme Pio Joris et Filippo Mola se sont très souvent inspirés à cette région pour reproduire us et coutumes populaires dans ses œuvres.
Pio Joris (1843-1921), beau-frère de Cesare Tiratelli avec lequel il partagea l'atelier, fut un maître dans la réalisation de peintures "de genre" et de paysages. Ses œuvres furent appréciées et exposées dans plusieurs musées en Italie et à l'étranger. Dans la dernière décennie du XIXe siècle il fréquenta Ceccano avec son beau-frère Aurelio et son neveu Cesare. À cette période remontent "Scorcio di Ceccano" (Vue de Ceccano), aquarelle reproduisant l'actuelle Piazza XXV Luglio vue de Largo Tommasini, et "Salita al paese" (Montée au village), qui représente Via Porta Abbasso.


Pour ce qui concerne Filippo Mola (1849-1918) il n'y a pas beaucoup d'informations. Il participa sûrement avec ses toiles à l'Exposition de Naples de 1877 ; quelques-uns de ses pastels furent ensuite exposés à Rome et à Bologne entre 1881 et 1888 avec un grand succès de public. Mola était connu aussi outre-Atlantique, surtout en Argentine et au Chili, où il reçut une médaille d'or. Sa présence à Ceccano est témoignée par deux encres datés 1882 : "Case rustiche a Ceccano" (Maisons de campagne à Ceccano) et "Santa Maria a Fiume". Le peintre a aussi composé des ouvrages didactiques.

 

Le peintre Scipione Simoni (1853-1918) aussi a tiré son inspiration de la campagne de Ciociaria. Dans ses œuvres , des vues panoramiques de plusieurs villages de la province de Frosinone, parmi lesquels Ceccano, constituent l'arrière-plan des scènes qui représentent très souvent des paysans ou des gents du peuple. La technique préférée par Simoni fut l'aquarelle ; il participa avec ses toiles à beaucoup d'importantes expositions, par exemple la "IIIème Exposition Internationale des Aquarelles" qui eut lieu à Dresde en 1892. Pendant cet événement Simoni présenta l'œuvre "Una strada di Ceccano'' (Une route de Ceccano), peinture qui représente des femmes du peuple occupées à bavarder dans une ruelle du centre historique de Ceccano (via Mura Castellane).

 

 

 

1908