Badia dei Padri Passionisti

(L'ABBAYE DES PÈRES PASSIONISTES)

 

Sur le site de l'actuel couvent il y avait déjà, à partir du XIIe siècle, une intronisation des Bénédictins, dirigée par un archiprêtre nommé par l'abbé du Mont Cassin. L'emplacement comprenait le logement des moines, des terrains, des structures rurales et une chapelle dédiée à S. Maria di Corniano. Selon la tradition, en effet, la Vierge serait apparue à un berger sur les rameaux d'un cornouiller. Au début du XVe siècle S. Maria di Corniano fut associée à l'évêché de Ferentino sur ordre du Pape Martin V.
En 1747 l'évêque de Ferentino, Monseigneur Borgia, confia la structure à San Paolo della Croce, fondeur de l'ordre des Padri Passionisti. Les opérations pour la fondation furent conduites par le Père Tommaso Struzzieri, par le Père Antonio Danei, frère de San Paolo, et par les administrateurs de Ceccano. Les pratiques légales achevées, commencèrent les travaux pour rendre la structure de la Badia apte à héberger la nouvelle communauté religieuse.
Parti du couvent de S. Eutizio de Viterbe avec sept frères, après d'un long voyage San Paolo arriva à Ceccano le 13 Janvier 1748. Il fut accueilli par le  clergé et par une foule en liesse auprès de l'église de la Madonna del Loco. Il fut hébergé pour la nuit chez Palazzo Angeletti ; le jours après, un long défilé l'accompagna à la nouvelle siège. La première impression de San Paolo sur la Badia  ne fut pas positive à cause du fait que des nombreux locaux n'étaient praticables, cependant la vie monastique commença. Le même San Paolo retourna plusieurs fois à la Badia, toujours accueilli avec un grand enthousiasme par la population. Les accords de fondation établissaient le devoir des Passionisti  d'assister les gents, devoir pleinement acquitté pendant le Seconde Guerre Mondiale. En fait, suite aux bombardements qui touchèrent la ville, les Padri Passionisti accueillirent et entretinrent les réfugiés. Le couvent hébergea la 5ème Batterie allemande et, pendant quelques temps, l'hôpital militaire. Pendant les engagements suivis à l'avancée des Alliés, les religieux continuèrent à offrir assistance aux besogneux ; chez la Badia se trouvaient la Croix Rouge, le poste de secours, l'hôpital de campagne, l'artillerie, le service de subsistance et de police, les offices de la Mairie. Chez la Badia furent conservés aussi la statue en bois de Santa Maria a Fiume et un tableau de Notre Dame des Sept Douleurs de l'église de San Nicola.
À l'intérieur de l'église du couvent il y a un orgue du XVIIIe siècle et des peintures réalisées au début du XXe qui représentent les mystères mariaux et des scènes de la vie de San Paolo della Croce. Dans une chapelle sur le côté gauche de l'église est conservé l'urne cinéraire du Bienheureux Grimoaldo Santamaria, mort à la Badia en 1902 et béatifié à S. Pietro à Rome le 29 Janvier 1995.  
Le couvent héberge la Bibliothèque de la Retraite de S. Maria di Corniano qui comprend 10.240 livres et brochures anciens et modernes. Le considérable et intéressant patrimoine libraire a été inventorié en 2001 par M. Benedetto Volpe.  

 

 

Contenus

1910