Les travaux de restauration du Chateau

 

Les objectifs de la restauration en cours ont été de faire revivre le château en tant qu'édifice fortifié, en rendant visibles sans superpositions les trois phases principales de construction réalisées au cours des siècles, ainsi résumées : Château des comtes de Ceccano (Xe- XVe siècle), Château des Princes Colonna (XVIe-XVIIIe), Château du Marquis Filippo Berardi (XVIIIe-XIXe).  C'est pour cette raison que quand le premier projet exécutif a été approuvé les travaux ont prévu la démolition des adjonctions du XXe siècle (galeries et escaliers externes, installations sanitaires, locaux de services utilisés pour les nécessités de la prison) et la réfection des couvertures. Les sources historiques utilisées ont été des photographies du château à la moitié du XIXe siècle, avant la transformation en Palais opérée par l'architecte Cipolla avec le couronnement final de la crénelure gibeline comme il nous apparaît dans certaines photographies du début du XXe siècle.  
Le deuxième projet exécutif  a modifié les ébauches initiales du projet préliminaire qui prévoyait fondamentalement la récupération du château comme il se présentait avant le début des travaux, sans aucune surélévation ou modification des structures existantes ; le projet a aussi rejeté la proposition, présentée par le groupe de projet chargé par l'Administration communale, de couronner le donjon avec une crénelure gibeline.
L'œuvre de restauration est commencée en 2001, suite à l'approbation d'un projet préliminaire général par le Comité Technique Régional pour un montant de 4.500.000  euros ; actuellement le coût des travaux réalisés se monte dans l'ensemble à 2.100.000 euros. Ces interventions ont permis la consolidation globale des murs, le remaniement des couvertures et des planchers intermédiaires, la récupération fonctionnelle de deux pièces au rez-de-chaussée avec une zone pour les services, d'un salon au rez-de-chaussée aussi pour un espace total de 150 mètres carrés, des cours internes et du premier étage du bâtiment centrale pour une surface d'environ 250 mètres carrés, espaces utilisés pour les manifestations culturelles, les conférences et les autres activités de la vie publique.     
Pour la récupération du Château et du Centre Historique de la ville, étroitement liés l'un à l'autre, il faut activer une stratégie d'intervention fondée sur la conscience que le patrimoine historique et architectonique de notre milieu est une richesse non seulement culturelle mais surtout économique. Cela pourrait entraîner une augmentation du flux touristique et par conséquence un avantage économique, sans compter la possibilité d'insérer à côté des manifestations sur la gastronomie typique et l'artisanat local, avec des bienfaits pour les activités commerciales du territoire.
Ces initiatives doivent être réalisées en collaboration avec les associations culturelles capables d'obtenir des projets à réalisation immédiate avec des stratégies à bref terme qui peuvent adresser à projets à long terme.

 


Architecte Frank Ruggiero                  
Responsable des travaux de restauration du château 

 

 

1865