Inventaires du Chateau en 1817 et en 1860

 

Il est possible de reconstituer l'état du château au XIXe siècle et, en particulier, les effets de sa transformation en prison grâce à deux descriptions de 1817 et de 1860.

 

La première description fut exécutée par le technicien Vincenzo Cerroni par ordre de don Aspreno Colonna et elle fut légalisée par le notaire Angelini le 20 Mai 1817. Elle illustre en détail la structure du château, les salles qui le composaient, les éléments constitutifs de chaque pièce (fenêtres, portes, plancher, escaliers, l'ameublement éventuel), en précisant aussi les matériels utilisés et l'état de conservation.

 

La deuxième description est datée 1860 et fut compilée par l'ingénieur Luigi Passerini par ordre de la Direction générale de prisons suite aux travaux d'amélioration  commandés par le propriétaire Filippo Berardi. Malgré le passage de propriété (le marquis Filippo Berardi achète en cette période les biens de la famille Colonna), le locaux principales de la structure restent les mêmes qu'en 1817. Le document confirme clairement la transformation des anciennes salles du château médiéval (donjon, Palatium) en cellules ou en pièces fonctionnelles à la prison. Sur la grande place à gauche de l'entrée donnaient en effet l'habitation du geôlier (constituée par deux étage communicants au moyen d'une petite échelle en bois), l'infirmerie, une chapelle, un puisard, les oubliettes du donjon. La chapelle présentait un plafond à voûte en berceau avec quatre arcs, murs plâtrés et à demi-teinte, un dallage avec des grandes plaques en pépérin irrégulières. À son intérieur il y avait une colonne en pierre utilisée comme bénitier. Sur une deuxième cour donnaient par contre la prison des femmes, la "larga" et une oubliette/galiote. La prison des femmes était composée par trois salles, auxquelles on accédait par une échelle externe découverte. L'ainsi-dite "larga", une section plus modérée et aérée, était composée d'une pièce divisée par un grand arc avec un pilier au milieu. Au dessous de la "larga" il y avait l' "oubliette ou galiote", un espace sûrement plus étroit et sombre. En effet il était divisé comme la "larga" par un grand arc avec un pilier au milieu, mais la moitié de cet arc était muré à plein. La structure hébergeait aussi le logement du gardien.   

 

 

Pour lire le texte de l'inventaire consultez la page "Inventari del castello del 1817 e del 1860" dans la version en Italien du site.  

 

     

1863