Monuments et eglises perdues

PALAZZO BERARDI (PALAIS BERARDI)

Cet imposant palais résidentiel fut de propriété du Marquis Filippo Berardi, un personnage très important dans la politique nationale, mais aussi pour l'histoire de Ceccano puisque il entama des nombreux travaux de modernisation de la ville, c'est-à-dire une gare, des industries, des écoles et des aqueducs.
Même connu comme "Villa Berardi" pour la présence d'un jardin luxuriant, Palazzo Berardi fut bâti en 1862 suivant le projet de l'architecte Antonio Cipolla, qui s'occupa dans la même période de la restauration du château des comtes de Ceccano. Devant le palais il y avait la magnifique place homonyme, toujours existante, qui abritait la splendide "Fontaine des Dauphins". Le pont sur le fleuve Sacco, qui passait en proximité du palais, était par contre enrichi de deux grands lions en laiton. Vers la fin de la Seconde Guerre Mondiale les soldats allemands en retraite firent exploser ce qui restait du bâtiment, déjà lourdement endommagé à cause des bombardements américains de 1944, avec le pont et le quartier Berardi situé près du palais. Les lions en laiton ont été volés, tandis que la Fontaine des Dauphins  a été placée à l'intérieur de la Villa Communale. Sur l'aire jadis occupée par la résidence du Marquis il y a actuellement deux édifices bâtis dans les années '60.


CHIESA DI SAN PIETRO APOSTOLO (ÉGLISE DE SAINT PIERRE L'APÔTRE)

La présence à Ceccano d'une église dédié à Saint Pierre est témoignée à partir du Moyen age. Elle fut bâtie au début du XIIe siècle à l'intérieur des murailles de la ville, puis elle fut confiée aux moines du Mont Cassin par les comtes Hubert et Aimé de Ceccano. L'église fut détruite une première fois en 1781 et réédifiée quelques années après. L'édifice était haut et élancé, avec un clocher trapu et une façade très simple dans laquelle s'ouvrait une petite fenêtre rectangulaire. Trois marches semi-circulaire en marbre menaient au portail d'accès, surmonté par une édicule, et l'intérieur présentait une nef unique. 
Le bâtiment fut endommagé pendant le bombardement anglo-américain du 3 Novembre 1943 et enfin complètement détruit par les autres bombardements du 21, 22 et 23 Mai 1944. Après la guerre l'église fut rebâtie dans la périphérie chez le quartier appelé "Cantinella" parce que il n'y avait encore sur place une paroisse. La nouvelle structure, toujours existante, conserve à son intérieur une toile qui représente Saint Pierre l'Apôtre avec la ville de Ceccano derrière ses épaules.  
Sur l'aire jadis occupée par l'ancienne église il y a actuellement une terrasse où on trouve un monument à la mémoire de victimes des bombardements de 1943-44. Au dessous de la terrasse il y a encore des ruines de l'église de Saint Pierre et un trait des murailles en style polygonal de l'ancienne ville de Fabrateria Vetus.
Dans les alentours de l'église originaire était placée Porta San Pietro (Porte Saint Pierre), peut-être la plus importante parmi les six portes d'accès à la ville puisqu'elle était tournée vers Rome, actuellement disparue.   
 

PORTA ABBASSO (PORTE ABBASSO)

Cette ancienne porte, actuellement disparue, était située dans la rue homonyme dans le côté Sud de l'enceinte de murailles. En raison de sa forme "à baïonnette" (passage en côte protégé sur un côté par une paroi rocheuse), elle possédait une fonction de défense.
  

CHIESA DI SAN GIACOMO (ÉGLISE DE SAINT JACQUES)

Cette ancienne église médiévale fut faite consacrer par le comte Jean Ier de Ceccano en 1209 en remerciement à la Vierge pour la bonne issue du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle accompli par sa mère Madame Egidia. La structure, qui dépendait de Santa Maria a Fiume, alla détruite au cours des siècles. Par la suite le culte de Saint Jacques poursuivit dans l'église de Santa Maria a Fiume, là où le 23 Août on célèbre la fête à l'honneur du Saint, couronnée par une importante foire.


CHIESA DI SANTO STEFANO (ÉGLISE DE SAINT STÉPHANE)

Ancienne église édifiée sur la colline homonyme, au XIXe siècle elle fut fermée au culte et abandonnée. L'édifice fut totalement démolie au début du XXe siècle et ses pierres furent remployées pour la construction du toit, de l'abside et du transept de l'église collégiale de San Giovanni Battista. Sur l'aire jadis occupée par cette église fut réalisé, au cours des années '30, un réservoir pour l'approvisionnement hydrique de la ville. 


CHIESA DI SANT'ANGELO (ÉGLISE DE SAINT ANGE)

En origine l'église de Saint Ange se trouvait hors les murs de la ville, précisément en proximité de la briqueterie Piroli. Par la suite elle fut détruite et rebâtie dans le centre historique, dans le quartier San Pietro, en face de Palazzo Bovieri. L'église fut une abbaye pendant une longue période, puis elle fut progressivement abandonnée et, enfin, complètement détruite.

 

CHIESA DI SANT'ANTONIO (ÉGLISE DE SAINT ANTOINE)

Petite église médiévale avec un hospice pour les malades annexe, elle fut érigée par les frères Antoniens dans la zone du centre historique appelée "Caùto". Aujourd'hui on en garde le souvenir dans le toponyme Via Sant'Antonio.

 

CHIESA DI SAN MARTINO (ÉGLISE DE SAINT MARTIN)

C'est une ancienne église médiévale qui se trouvait dans la partie basse du centre historique. Aujourd'hui il reste seulement les dalles en pierre du soubassement, visibles au dessous d'un autre édifice. Pour honorer la mémoire du Saint le Borgo San Martin (Quartier Saint Martin) a pris son nom.

 

CHIESA DI SAN QUINZIANO (ÉGLISE DE SAINT QUINTIEN)

Église édifiée dans le Moyen Age dans les alentours de l'église de San Pietro, complètement disparue. Une rue à Ceccano porte son nom (via San Quinziano).

                                                                                             

1943